Skip to content
En tant que directeur de la production sur le site de Schrems en Autriche, Markus Schandl a accéléré la modernisation de la production.

Des maisons fabriquées à la chaîne

>

01.12.2018   |   Germany

  • Grâce au centre de taille, Elk peut usiner des pièces de bois avec des sections allant jusqu'à 455 x 200 mm. Photo: WEINMANN
  • Pont multifonctions avec changeur d'outils à 12 positions. Cette technologie fournit une large gamme d'outils différents sans réglages. Photo: WEINMANN
  • Le secteur des maisons individuelles et des immeubles fait l'objet de nouveaux développements chez Elk Bau. Photo: Elk Fertighaus GmbH
  • Centre de taille avec changeur d'outils à 12 positions. Cette technologie fournit une large gamme d'outils différents sans réglages. Photo: WEINMANN
  • En tant que directeur de la production sur le site de Schrems en Autriche, Markus Schandl a accéléré la modernisation de la production. Photo: Elk Fertighaus GmbH

Depuis son rachat en 2016 par la Gampen lndustrial Holding, l'entreprise autrichienne Elk Fertighaus GmbH a subi une profonde restructuration comprenant, entre autres, une modernisation complète de sa production de maisons préfabriquées. Pour ce faire, l'entreprise a investi dans deux centres de taille et une installation compacte utilisée principalement pour la production d'éléments spéciaux.
Tandis que la majorité des entreprises allemandes qui fabriquent des maisons bois tournent à plein régime depuis plusieurs mois en raison des commandes passées dans le pays, de nombreux concurrents des pays européens voisins envisagent de se développer via l'exportation. Cela peut s'expliquer, d'une part, par le fait que leurs marchés commencent tout juste à progresser, comme c'est le cas en Hongrie ou en Estonie. Et d'autre part, s'intéresser à ce qui se passe hors des frontières, même dans un pays où la proportion de constructions bois est traditionnellement élevée, peut être judicieux car le marché intérieur n'offre pas le potentiel de croissance souhaité à cause d'une croissance modérée, de la situation concurrentielle et de la répartition claire des parts de marché. C'est la situation que l'on peut observer chez Elk Fertighaus GmbH, en Autriche. Bien que l'économie, et plus particulièrement le secteur de la construction, se soit pour la première fois fortement redressée en 2018, l'Institut autrichien pour la recherche économique prévoit un ralentissement des taux de croissance de la construction de maisons. La construction de maisons individuelles stagne depuis déjà quelques années, mais selon Elk, l'Allemagne représente un grand potentiel. Il apparaît donc logique, dans un tel contexte, d'envisager un développement hors des frontières.
Avec ses 850 maisons individuelles, le fabricant de maisons préfabriquées occupe incontestablement en Autriche la position de leader du marché et répond aux attentes des différents groupes cibles de maisons préfabriquées grâce aux trois marques Elk, Hanlo et Zenker. Au-delà de tous ses rêves de croissance les plus fous, l'objectif principal de l'entreprise est avant tout de conserver sa position pendant les prochaines années.
L'entreprise souhaiterait développer les activités de la filiale Elk Bau qui commercialise, en tant que promoteur, des maisons individuelles et des immeubles, terrains compris. Dans ce segment, la société construit des immeubles de plusieurs étages (jusqu'à trois), et notamment des hôtels et des motels. Elk a même bâti des immeubles de huit étages au Royaume-Uni, avant de se concentrer de nouveau sur l'Autriche pendant la crise financière.

De grands changements à venir

Dans le cadre d'une nouvelle orientation, de profonds changements vont avoir lieu sur les deux sites. “ Nous allons d'abord regrouper nos compétences par site. C'est pourquoi toute la production de maisons sera concentrée en Autriche à partir de janvier 2019 “, explique l'ingénieur Markus Schandl, responsable de la production sur le site de Schrems. Dès le début de l'année, seuls les éléments de porte et de fenêtre seront produits sur le second site de Plana, en République tchèque. Elk les fournira notamment, sous différentes marques, à d'autres entreprises de construction bois en Allemagne et en Autriche. 60 % du volume sera vendu et 40 % sera installé dans des maisons individuelles. L'offre comprend des fenêtres en bois, bois-alu, plastique et plastique-alu, ainsi qu'une large gamme de portes d'entrée de haute qualité, allant des modèles standard aux modèles de maisons passives.
La restructuration a été due, en partie, à la forte demande dans ce segment. Markus Schandl explique : “ Au cours des dernières années, même en travaillant avec 3 roulements d'équipe, la limite de nos capacités, avec une croissance annuelle de 15 à 20 %, était prévisible. C'est la raison pour laquelle nous allons probablement la doubler. Car, outre la qualité et le prix, la fiabilité des livraisons est particulièrement importante dans ce secteur. “
Dans le cadre de la restructuration, il est prévu d'augmenter les effectifs à Plana, ce qui n'est pas chose facile car la région au sud de Prague connaît actuellement une situation de plein emploi sur le segment des travailleurs qualifiés. De plus, la structure des salaires en République tchèque se rapproche rapidement de celle de ses voisins d'Europe occidentale.

Installation pour composants spéciaux

Elk souhaite également augmenter le nombre de ses employés à Schrems : environ 780 employés travaillent actuellement sur ce site, mais l'objectif est d'augmenter leur effectif à 850 en 2019. En Autriche, la capacité de production de maisons en bois doit passer à 1 500 maisons par an. “ Nous ne franchirons bien évidemment pas toutes les étapes d'un coup, mais nous poserons progressivement les jalons “, explique Markus Schandl.
L'un de ces jalons est l'investissement dans une nouvelle technologie de production automatisée : la première étape consiste en deux centres de taille BEAMTEQ et une installation compacte avec une table de levage. Ils seront tous fournis par WEINMANN Holzbausystemtechnik à Lonsingen. L'installation compacte et flexible, comprenant une table de rotation et un pont multifonctions WALLTEQ M-340, convient tout aussi bien pour les petites entreprises de construction bois que pour les grandes entreprises comme Elk qui l'utilise en tant qu'unité de production de composants spéciaux.
Grâce à la troisième table, les éléments sont placés verticalement et transportés dans le convoyeur mural. Ils sont alors soumis aux travaux de finition, tels que l'installation des fenêtres ou la pose du crépi, puis ils sont triés par un chariot distributeur dans le stockeur à cloisons.
Cette nouvelle acquisition est judicieuse car elle modernise une zone de travail précaire, alors que le reste de l'usine autrichienne ne pose pour l'instant pas de problème : “ Grâce à cette installation compacte, nous avons modernisé notre production coûteuse et fastidieuse de composants spéciaux “, explique Markus Schandl. “ Nous avions ici l'opportunité de réaliser des économies substantielles “. Les pignons, les composants de lucarne ou les éléments de cloison inclinés sont désormais fabriqués automatiquement. Initialement, les “ tueurs de cadences “ étaient externalisés de la production des éléments standard mais ils étaient encore produits complètement manuellement.

Le chanvre : un choix d'isolation alternatif

L'installation compacte s'intègre de diverses manières dans le scénario de développement de l'entreprise. Par exemple, elle permet de produire des éléments allant jusqu'à 305 cm de hauteur, mais également jusqu'à 405 cm. Cependant, avec 305 cm, Elk peut déjà satisfaire les constructeurs exigeants en matière de grandes hauteurs de plafond, ce qui représente un avantage supplémentaire pour un groupe cible convoité également en Allemagne. La flexibilité de l'installation présente deux avantages supplémentaires : “ Ainsi, grâce aux unités flexibles nous pouvons également usiner les murs avec du chanvre, déjà utilisé depuis plusieurs années sous forme d'isolation intérieure et ETICS par notre marque Zenker. “
Grâce aux changeurs d'outils, les Autrichiens disposent d'une vaste gamme d'outils leur permettant de sélectionner l'outil adéquat pour chaque matériau et de le remplacer sans réglages. En outre, le WALLTEQ M-340 peut être équipé d'unités de sciage avec une profondeur de coupe allant jusqu'à 200 mm. Schrems utilise actuellement une unité standard ayant une profondeur de coupe de 80 mm. En utilisant l'isolation au chanvre, Elk “ espère pouvoir s'adapter rapidement à l'évolution des besoins en Allemagne, où le polystyrène enflamme actuellement le débat. Matériau isolant écologique, durable et recyclable, le chanvre pourrait s'imposer comme une alternative intéressante et nous permettre de faire notre entrée sur le marché allemand des maisons bois “. En outre, l'installation compacte étant évidemment capable d'usiner également des éléments classiques, elle peut se révéler très utile lors de pics de production de la fabrication d'éléments.

La production principale est déjà la priorité

A Schrems, l'entreprise a investi dans la technologie WEINMANN car “ nous ne voulions courir aucun risque lors de la première étape “. Selon le directeur de la production, la mise en service de la nouvelle technologie s'est également déroulée sans encombre. De même, l'installation compacte et les deux centres de taille BEAMTEQ montrent une parfaite efficacité pendant leur fonctionnement. C'est la raison pour laquelle WEINMANN sera de nouveau une option envisageable quand le site de Schrems abordera prochainement avec attention le sujet de la production principale. Ce faisant, les méthodes traditionnelles seront probablement abandonnées : “ L'arrivée des robots industriels dans la production de maisons préfabriquées nous montre ce que pourrait être la prochaine étape de développement de la construction de maisons préfabriquées. A long terme, l'évolution tendra probablement vers une combinaison de technologie homme-machine-robot, même si la construction préfabriquée est encore légèrement à la traîne. Cette transformation demandera certainement encore plusieurs années : dans 30 ans, non seulement nous conduirons nos voitures différemment, mais la production des maisons préfabriquées aura également changé par rapport à aujourd'hui. D'ici-là, les nouvelles technologies seront de plus en plus robustes, efficaces et donc attrayantes. Elles nous permettront de résister à la concurrence étrangère à bas coûts et, malgré la pénurie de main-d'œuvre, de générer de la valeur ajoutée là où les produits sont vendus. Cela deviendra une source de préoccupation en République tchèque où il ne reste déjà aujourd'hui plus beaucoup de travailleurs “. La République tchèque deviendra-t-elle également un marché intéressant si la prospérité augmente avec la structure salariale ? Nous verrons si les taux de croissance pour la construction de maisons en bois seront toujours deux fois plus élevés qu'en Allemagne ou en Autriche. Jusqu'à présent, notre philosophie en République tchèque était peu concurrentielle. A l'heure actuelle, il faut entrer sur ce marché avec un produit à bas prix, ce qui n'est pas compatible avec nos normes de qualité. “

« Grâce à cette installation compacte, nous avons modernisé notre production coûteuse et fastidieuse de composants spéciaux. Nous avions ici l'opportunité de réaliser des économies substantielles. »

explique Markus Schandl, directeur de la production

Retour au sommaire

Comment vos collègues produisent

Produits relatifs