13.06.2016   |   Allemagne

Répartition ergonomique et efficace des panneaux

Grâce à la combinaison scie/stockeur choisie par la société Popp GmbH & Co. KG, il suffit d'une personne pour s'occuper de l'ensemble de la découpe. Et ce, en un tour de main !

« Nous avons atteint tous nos objectifs avec cet investissement : plus besoin de se pencher, de faire des efforts et de ramasser les pièces. Les découpes qui nécessitaient auparavant deux personnes pendant huit heures sont désormais réalisées par une seule en seulement sept heures. De plus, la cellule gère toutes nos matériaux. Les chutes ne sont pas un problème pour nous puisque nous pouvons répartir intégralement toutes les panneaux sur notre production en série. »

Frank Geppert, directeur de Popp GmbH & Co. KG

« Plus personne ne se penche »

Peu importe le support à découper : qu'il s'agisse d'un ou d'une centaine de panneaux de décoration identiques, de panneaux en mousse dure ou de seulement deux panneaux stratifiés, la combinaison scie-stockeur de Holzma et Homag Automation permet à un seul opérateur de se charger de tout. Et en plus, il n'a plus besoin de se pencher ni de porter des charges lourdes.

Clemens Simon, opérateur chez Popp à Forchheim, scie, seul, deux panneaux de MDF à la fois, de 4 100 x 2 800 mm et de 22 mm d'épaisseur. Pour les séries plus grosses, il découpe même des lots de cinq à six panneaux pouvant atteindre 115 mm d'épaisseur. Le programme de la HPP 530 profiLine d'Holzma commence par découper le lot en quatre à cinq bandes de 4 100 mm de long par 300 à 500 mm de large.

La menuiserie Popp livre des produits en série et à l'unité à des entreprises industrielles, mais aussi aux universités, aux villes, aux maisons de retraite ainsi qu'à des clients privés. Les produits en série en dérivés du bois et en matériaux high tech destinés aux équipements médicaux font partie de ses produits phares. En outre, Popp est le spécialiste du fraisage en 3D. Frank et Sonja Geppert sont aujourd'hui à la tête de la société fondée en 1905 par l'arrière-grand-père de Frank. Le menuisier a transformé l'entreprise en sous-traitant industriel. La société qui emploie 60 personnes a déménagé voilà deux ans dans un nouveau bâtiment de 6 000 m² doté d'une production ultra-moderne. Outre un atelier dédié au bois, elle transforme également des matières plastiques. 

Pousser plutôt que soulever

En trois à quatre coups contre le bord du conteneur à déchets, Clemens Simon broie et élimine les chutes. Il tire ensuite le lot de bandes vers l'avant sur les rallonges de la table placées à la perpendiculaire de la ligne de sciage. Il ne semble pas faire d'effort particulier. En effet, la table de la machine et ses rallonges sont pourvues d'une grille avec des buses d'air sphériques. Dès que le lot de panneaux appuie sur une buse, de l'air est propulsé et on a l'impression que les bandes flottent. Pendant que Clemens Simon découpe à l'avant, le dépôt à panneaux automatique TLF 411 Homag Automation s'affaire derrière lui et apporte les matériaux pour le lot suivant à l'arrière de la scie, sur la table de préempilage. Une fois qu'il a découpé la dernière bande et évacué la chute arrière, Clemens Simon tourne la bande et la pousse vers l'autre contre la règle d'équerrage puis vers le préhenseur droit du poussoir.

La scie découpe alors la bande dans sa longueur conformément au programme paramétré. A chaque fin de cycle, le lot découpé est évacué sur la table avant. Clemens Simon doit trier les bandes pour les usinages suivants et les répartir en trois piles. Il n'a visiblement aucun mal à s'acquitter de cette tâche. La table à coussin d'air devant la règle d'équerrage est pourvue d'une rallonge d'environ 4 m à l'avant. La table élévatrice destinée aux différentes piles se trouve derrière elle. Automatiquement, le panneau le plus haut se retrouve toujours à quelques millimètres du niveau de la table. Clemens Simon n'a donc pas à soulever le lot de panneaux pour le pousser jusqu'à sa pile.

La cellule interrompt alors la fabrication en série pour laisser place à une production spéciale. Elle doit fabriquer un sandwich pour un appareil médical constitué de mousse très dure au centre et de panneaux stratifiés à l'extérieur. La scie et le stockeur gèrent aussi ces matériaux sans problème.

« Tous les objectifs sont atteints »

Avant que la menuiserie ne déménage fin 2013 de Baiersdorf à Forchheim non loin de là, les opérateurs devaient faire beaucoup d'efforts pour découper les panneaux sur une scie Holzma de la même taille. Depuis toujours, les panneaux à découper sont livrés juste à temps, soit environ 30 panneaux par jour. La famille Geppert a déménagé afin que ses employés n'aient plus à soulever les panneaux et ils ont donc investi dans une cellule de découpe. Outre la cellule scie-stockeur, le hall abrite quatre centres d'usinage, une encolleuse de chants et une chevilleuse automatique, tous livrés par Homag Group. Pour Frank Geppert, l'investissement en valait la peine. « Nous avons atteint tous nos objectifs avec cet investissement : plus besoin de se pencher, de faire des efforts et de ramasser les pièces. Les découpes qui nécessitaient auparavant deux hommes pendant huit heures sont désormais réalisées par un seul en seulement sept heures. De plus, la cellule gère toutes nos matériaux. Les chutes ne sont pas un problème pour nous, puisque nous pouvons répartir intégralement toutes les panneaux sur notre production en série. »

Parution dans DDS, janvier/2016. Holzma remercie le rédacteur de la publication Georg Molinski. Nous remercions également notre client Popp GmbH & Co. KG.
Source des images : DDS/Georg Molinski

Retour au sommaire