06.07.2022   |   Vagney   |   France

Paré pour la nouvelle norme

Modernisation de la chaîne de production de SOCOPA en France.

« Mais en fin de compte nous avons parlé de l'expérience de WEINMANN Holzbausystemtechnik, qui est depuis de nombreuses années considérée comme un fournisseur professionnel de lignes de production automatisées pour la construction bois sur le marché. »

Walter Mignot, directeur technique chez SOCOPA

Un article du magazine client performance, édition 21 | 2022. Pour plus d'informations, cliquez ici.

Une nouvelle réglementation qui entrera en vigueur en 2022 va profondément modifier le secteur de la construction en France, puisqu'elle imposera une forte part de matériaux naturels pour les projets publics, de meilleures normes d'isolation et une technique de chauffage durable pour tous les nouveaux bâtiments. Pour la SOCOPA, dans le département des Vosges, ce renforcement des exigences techniques était l'une des raisons de moderniser partiellement sa chaîne de production vieillissante. Fondée en 1962 et lancée dans la construction de maisons bois depuis environ six ans, la SOCOPA de Vagney est aujourd'hui l'une des plus grandes entreprises de construction bois en France, avec un chiffre d'affaires de 30 millions. Avec un siège social au pied des Vosges, elle livre des bâtiments en bois au nord-est du pays, desservant de nombreux centres urbains tels que Lyon, Grenoble, Strasbourg, Lille et Paris. Les principaux domaines d'activité de l'entreprise comprennent la construction de bâtiments publics et commer-ciaux tels que les maisons de retraite, les écoles, les loge-ments sociaux, les bâtiments d'activités récréatives, les immeubles de bureaux, les médiathèques, les centres médicaux et hôpitaux, les bâtiments touristiques, etc. De plus, à Vagney, on construit des maisons individuelles, en partie réalisées sur plan individuel, en partie sous forme de résidences plus grandes et standardisées, et on propose des façades en bois pour la construction de bâtiments neufs ou la rénovation. La société cible les maîtres d'ouvrage privés, publics ou commerciaux, la construction de maisons individuelles représentant environ un tiers du chiffre d'affaires, tandis que la construction résidentielle et commerciale pour les acheteurs publics et les entreprises représente environ deux tiers du chiffre d'affaires.

Retournement de tendance dans les secteurs d'activité

La réglementation environnementale 2020 (RE 2020), une nouvelle loi de développement durable qui reflète la sensibilité croissante de l'Etat et de la société à la protection de l'environnement, a joué un rôle important dans cette évolution. L'idée de base a germé lors de la planification du village olympique à Paris : les bâtiments, dont certains s'élèvent sur huit étages, seront entièrement construits en bois pour les Jeux de 2024, d'où l'idée de poursuivre la promotion de la construction bois sur l'ensemble du pays. En conséquence, la RE 2020 prescrit qu'à partir de 2022, toutes les nouvelles constructions publiques seront constituées à au moins 50 pour cent de bois ou d'autres matériaux naturels. Parallèlement, la loi, qui vise à réduire l'empreinte carbone du pays, prévoit des améliorations en matière d'isolation et de chauffage pour tous les nouveaux projets de construction. A cet égard, elle renforce, à partir de 2020, la réglementation thermique 2020 (RT 2020), qui a déjà fixé en 2012 la norme pour les bâtiments à énergie positive. Le fait que les spécifications techniques précises de RE 2020 ne soient pas encore pleinement concrétisées à ce jour a conduit à l'insécurité des producteurs et des maîtres d'ouvrage dans le secteur de la construction en bois. A cela s'ajoute une augmentation prévisible des coûts due à la hausse des normes énergétiques, qui a encore renforcé les effets de la hausse des prix sur les matériaux. La hausse des coûts de construction qui en a résulté a entraîné de plus en plus de retenues chez les acheteurs des maîtres d'ouvrage privés – d'autant plus que, parallèlement, les conditions de financement des logements se sont également détériorées. Walter Mignot, directeur technique chez SOCOPA, a donc comptabilisé une baisse de 50 % au cours des deux dernières années dans les maisons individuelles privées : « Nous avons surtout perdu nos clients pour les maisons d'entrée de gamme bon marché, par exemple les jeunes familles. Aujourd'hui, les clients qui viennent encore vers nous sont généralement très bien dotés financièrement et s'intéressent aux maisons du segment supérieur. » En contrepartie, la demande d'immeubles d'habitation a presque explosé. Walter Mignot : « En France, il existe de nombreux groupes qui construisent et louent des logements à grande échelle, notamment sous la forme de logements sociaux. D'une part, les maîtres d'ouvrage dans ce secteur sont des organismes publics ou privés bien dotés en capital. D'autre part, cette clientèle a tendance à contribuer à la réduction du CO2 en suivant la tendance générale de la société et, grâce à l'effet de volume, à vouloir compenser les pertes de la crise du Covid-19. Il en résulte une demande si élevée de maisons en bois que nous ne pouvons guère la satisfaire. C'est également pour cette raison que nous n'avons pas pu croître aussi rapidement que nous le voulions, mais aussi en raison de la crise du Covid-19 et des hausses de prix. »

La nouvelle norme exige des éléments de cloison plus élevés

Néanmoins, pour la SOCOPA, il ne s'agissait pas en priorité d'augmenter les capacités de production en investissant dans un nouveau WALLTEQ M-120 à Vagney en 2021, une station des membrures FRAMETEQ F-300 et trois nouvelles tables de travail. En fin de compte, l'entreprise était déjà très bien placée sur le plan technique et avait déjà mis en service en 1990 un pont multifonctions WEINMANN avec tables de montage, complété au cours des années suivantes par une installation de taille de charpentes, puis rapidement élargi avec une chaîne de fabrication de plusieurs tables. En ce qui concerne les maîtres d'ouvrage dans les secteurs commerciaux et publics, Walter Mignot explique : « Nous avons pu nous ouvrir à ce secteur d'activité à l'époque en investissant dans une production automatisée. Nous avons là des marchés à haute pression, de sorte qu'on ne peut pas traiter les commandes manuellement en temps voulu. Il s'agit également d'un domaine qui peut particulièrement valoir le coup – par exemple, pour les grandes résidences avec de nombreuses maisons identiques – avec une chaîne de fabrication automatisée qui permet une standardisation élevée. » En 2021, la ligne existante a été modernisée, d'une part parce qu'elle était tout simplement vieillissante. D'autre part, d'autres étapes d'automatisation ont permis d'améliorer l'ergonomie sur le lieu de travail, en particulier lors de la fabrication de l'ossature. Cela non seulement pour faciliter le travail, mais aussi pour offrir des emplois attrayants, compte tenu de la pénurie de personnel qui se fait jour en France. En termes de capacité, la chaîne de fabrication, vieille de 20 ans, était encore compétitive, même si le logiciel n'était pas à jour et des tolérances de fabrication résultaient des longues années d'utilisation. Toutefois, en raison des exigences plus élevées imposées par RE 2020, un nouveau problème de principe s'est posé : « La RE 2020 exige plus d'isolation et donc des épaisseurs de paroi plus importantes. En outre, les hauteurs de mur doivent également être augmentées, car il faut aussi mieux les isoler sur les seuils et les plafonds », explique Walter Mignot. « La demande de murs plus élevés augmentera donc à l'avenir, mais nous n'aurions pas pu produire ces dimensions sur l'ancienne installation. Etant donné que la modernisation était de toute façon nécessaire à plus ou moins brève échéance, il a donc été proposé de remplacer la technologie avant l'entrée en vigueur de la nouvelle norme. » 

Sécurité et confiance ont fait pencher la balance

L'expérience à Vagney avec la première chaîne de fabrication de WEINMANN ayant été très positive, une offre avait également été formulée à Lonsingen avant l'étape de modernisation. Des propositions d'autres fournisseurs ont aussi été étudiées : « Ils avaient eux aussi des offres intéressantes, mais en fin de compte nous avons parlé de l'expérience de WEINMANN Holzbausystemtechnik, qui est depuis de nombreuses années considérée comme un fournisseur professionnel de lignes de production automatisées pour la construction bois sur le marché », commente Walter Mignot. « Pour une restructuration aussi profonde, nous avons surtout misé sur la sécurité et la confiance dans un fournisseur qui a fait ses preuves. » Une confiance dans le fait qu'au bout du compte, même si la livraison de la nouvelle technologie a été retardée en raison des pénuries de matériaux liées à la crise du Covid-19 de l'année dernière , la ligne a pu être montée plus tard que prévu. « WEINMANN nous a soutenus dans cette phase avec des machines de prêt, de sorte que nous n'avons pas eu d'arrêt de production », se souvient Walter Mignot. 
Depuis la mise en service de la nouvelle ligne de production en octobre 2021, Vagney fabrique des éléments de cloison d'une hauteur allant jusqu'à 350 cm conformes à la directive RE 2020, même si leurs spécifications précises ne seront probablement fixées qu'en janvier 2022 par une réglementation technique concrète. En attendant, le travail continue avec une isolation de 150 mm, une isolation extérieure de 60 mm et une isolation intérieure de 50 mm, soit un niveau légèrement supérieur au niveau moyen des concurrents français. Est-ce que les attentes en matière de nouvelle technologie sont satisfaites ? « En termes d'ergonomie, en termes de capacité et de productivité, nous verrons également une augmentation si tous les déroulements sont bien intégrés. Les problèmes liés à l'ancien logiciel sont révolus et le taux d'erreur des composants a diminué, non pas parce que les anciennes machines étaient moins bonnes, mais parce que les tolérances liées à l'usure appartiennent au passé », explique Walter Mignot.

Tendance à long terme avec la construction clé en main

Ce dernier aspect est particulièrement important dans les secteurs commerciaux et municipaux, où l'accent est mis sur la qualité la plus élevée. La possibilité de produire un peu plus rapidement sur la nouvelle installation ne concerne toutefois que les clients commerciaux : « Ici, nous nous intéressons surtout à la réduction du temps de construction, ce qui augmente le retour sur investissement. Il y a aussi une forte tendance à la construction clé en main, qui est pratiquement déjà un standard pour les maisons individuelles. Pour les clients publics, en revanche, la SOCOPA fournit généralement la coque finie de la maison avec des éléments de cloison fermés, équipés de fenêtres et enduits. On accorde moins d'importance au temps de construction, car les interlocuteurs dans ce domaine ont encore à l'esprit le déroulement traditionnel des travaux dérivés des méthodes de construction classiques. 
C'est pourquoi ces clients ne peuvent pas bénéficier des avantages de la préfabrication et perdent inutilement beaucoup de temps dans leurs projets », regrette Walter Mignot. Pour contourner cela, ils doivent s'engager dans une planification complète des tâches avant le projet : « Au lieu de partir de murs finis dans lesquels on fraise des trous pour l'installation, il faut penser aux "trous" avant même le début de la construction. ». On peut supposer que cette situation va progressivement changer à la suite de l'intervention de l'Etat dans la construction en bois par la RE 2020.

Texte: Dr. Joachim Mohr

Retour au sommaire

SOCOPA

Avec 30 millions d'euros de chiffre d'affaires, l'entreprise SOCOPA, basée à Vagney, fait partie des plus grandes entreprises de construction bois en France. Elle a été créée en 1962 et s'est lancée dans la construction de maisons en bois six ans plus tard. Les principaux domaines d'activité de l'entreprise comprennent la construction de bâtiments publics et commerciaux tels que les maisons de retraite, les écoles, les logements sociaux, les bâtiments d'activités récréatives, les immeubles de bureaux, les médiathèques, les centres médicaux et hôpitaux, les bâtiments touristiques, etc. De plus, à Vagney, on construit des maisons individuelles.

Pour plus d'informations, cliquez ici.