• 18.12.2017
  • Estonie / Etats-Unis

Des pionniers dans leurs pays

Welement AS en Estonie et Blueprint Rob. Inc. aux Etats-Unis sont confrontés aux mêmes difficultés: tous les deux sont des pionniers qui sont partis de zéro dans leur domaine.

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    Welement AS fabrique tous les éléments avec deux lignes de production WEINMANN. Photo: Welement

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    Lauri Tuulberg est le directeur de Welement AS à Tartu en Estonie. Photo: Welement

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    M. Tuulberg voit la construction hybride comme une opportunité pour la jeune entreprise de construction bois. Photo: Welement

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    Blueprint Robotics fournit principalement du gros œuvre résistant à l'eau. Les sociétés de construction se chargent des façades et des éléments d'aménagement intérieurs. Photo: Blueprint R.

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    La première ligne de production entièrement automatisée pour éléments fermés aux Etats-Unis. Photo: Blueprint R.

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    Contrôle visuel après insufflation de l'isolation à l'aide du WEINMANN WMS 150 blowTEC. Photo: Blueprint R.

  • WEINMANN intallations de taille de charpentes, table pour la construction d'éléments, construction de maisons, pont multifonctions

    Sascha Boppest co-fondateur et l'un des directeurs de Blueprint Robotics Inc. Photo: Blueprint R.

"Avec ses machines, WEINMANN peut entièrement couvrir notre besoin."

Sascha Bopp, Directeur Général de Blueprint Robotics Inc.

Article de Mikado, 12/ 2017. Lisez l’article complet.

Construction bois en Estonie et aux Etats-Unis

Difficile d'imaginer deux pays dans lesquels les rôles de la construction bois divergent autant que l'Estonie et les Etats-Unis : pour le premier, le secteur ne revêt qu'une importance marginale et la part d'export y est importante ; pour le second, la part de marché approche de 100 % et la demande intérieure semble presque inépuisable. Pourtant, Welement AS en Estonie et Blueprint Robotics Inc. aux Etats-Unis sont confrontés aux mêmes difficultés. En effet, tous deux sont des pionniers partis de presque rien dans leur domaine. 

Estonie : le commencement

Si l'on voulait décrire l'Estonie à l'aide un adjectif, « clairsemé » serait un bon choix : 1,3 million d'habitants sont répartis dans ce pays d'une superficie de 45 000 m² au nord de la région baltique. Les marchés des entreprises industrielles locales sont eux aussi « clairsemés » mais les routes maritimes vers la Finlande et la Suède, puis de ces pays vers la Norvège sont courtes. C'est sur cette base que l'exportation vers les pays nordiques s'est fortement développée dans de nombreux secteurs. Des marchés d'exportation supplémentaires pourraient s'ouvrir au pays suite à son adhésion à l'UE et, depuis 2011, à la zone euro. En raison de la faible activité de construction en Estonie, ce secteur met l'accent sur l'exportation. Des entreprises telles que Matek, Timbeco, Harmet et Kodumaja, qui jouissent d'une bonne réputation à l'international, sont des pionniers de la construction bois. C'est grâce à elles que la construction bois estonienne a atteint une place de choix parmi les producteurs de bois européens, bien que la grande majorité des constructions en Estonie soit réalisée en dur. On compte parmi les constructeurs de ce type le groupe Rand & Tuulberg, actif dans le développement immobilier et dans la construction de grands édifices. Par l'intermédiaire de sa filiale Muuga Betoonelement, près de 60 % de ses projets sont réalisés dans les pays nordiques.

Une nouvelle entreprise de construction bois avec une fabrication moderne

C'est en 2016 que Rand & Tuulberg s'est lancé dans le secteur de la construction bois. Visant une activité à grande échelle, le groupe a créé Welement AS, sa filiale dédiée à la construction bois, et l'a équipée d'un centre de taille Weinmann WBZ 160 et deux lignes de production automatisées avec sept tables de travail et deux ponts multifonctions Weinmann. Dans la construction bois estonienne, où presque tout est fait à la main, il s'agit d'une véritable nouveauté et d'un atout unique. La première ligne de production est constituée de quatre tables et d'un Weinmann WMS 150. Elle est dédiée à la fabrication d'éléments de cloison extérieurs. La seconde ligne comprend une installation compacte Weinmann qui permet la fabrication d'éléments de cloison, de toiture et de plafond ainsi que d'éléments spéciaux grâce à sa flexibilité élevée. La capacité de la nouvelle usine, située à Tartu (la deuxième plus grande ville d'Estonie), est actuellement de 100 à 130 maisons en bois par an. Une extension à un stade ultérieur prévoit l'installation d'une station d'assemblage pour ossatures ou de tables supplémentaires pour atteindre une capacité annuelle de 200 maisons en bois.

Plusieurs piliers pour la nouvelle entreprise

En matière de marchés supplémentaires, le site de Tartu vise avant tout les pays nordiques. Ainsi, depuis la mise en service de la nouvelle usine, une maison de ville à trois étages d'une surface habitable totale de 600 m² a été livrée à Oslo, bientôt suivie de quatre maisons privées. En Finlande, trois bâtiments à un étage avec chacun quatre logements et un parking ont été livrés. En Suède, des éléments de façade pour un bâtiment hybride ont été livrés. En Estonie, Welement AS a participé à la construction d'un immeuble hybride à plusieurs étages pour le groupe Rand & Tuulberg, pour lequel des éléments de cloison extérieurs ont été livrés. Le directeur, Lauri Tuulberg, voit dans le secteur de la construction hybride une opportunité pour la nouvelle entreprise de construction bois : « La combinaison du bois et du béton dans les bâtiments à plusieurs étages présente des avantages particuliers, car elle exploite les qualités de ces deux matériaux pour aboutir à des résultats optimaux. Nous offrons aux maîtres d'ouvrages un temps de construction réduit, une forte sécurité de finition et une meilleure norme énergétique ; autant d'avantages qui devraient s'imposer en Estonie sur le long terme. » Toutefois, même en Estonie, la construction hybride n'en est qu'à ses débuts. C'est pour cette raison que beaucoup de temps a été perdu lors des finitions pour le premier projet de ce type. Sur le long terme, Lauri Tuulberg s'appuie sur la directive européenne de 2010 sur la performance énergétique des bâtiments : « Cela marque le début d'un changement énergétique et écologique dans lequel le bois gagne en importance, y compris en Estonie. » En attendant, les marchés d'exportations sûrs des pays nordiques offrent à l'entreprise un bon potentiel de croissance, même si la construction d'éléments en bois préfabriqués y est solidement établie. Cependant, le coût du travail dans ces pays est 5 à 6 fois plus cher qu'en Estonie. C'est pourquoi le site de Tartu recherche, entre autres, un partenariat avec des sociétés de constructions bois qui, depuis plusieurs décennies, exportent leurs pièces de construction en bois faites à la main vers les pays nordiques. A l'avenir, il sera possible de leur fournir des pièces de meilleure qualité fabriquées par des machines. En collaboration avec plusieurs architectes, Lauri Tuulberg développe un pilier supplémentaire pour Welement AS : un système de construction de maisons individuelles qui sera introduit sur le marché dans 6 mois environ.

La connaissance des machines dans la construction bois : une denrée rare

En tête de la liste des difficultés qui affectent le site de Tartu figurent les problèmes de personnel. En Estonie, les ingénieurs et travailleurs qualifiés sont rares. En outre, les charpentiers formés à l'utilisation des machines sont presque inexistants. Ainsi, parmi les 15 collaborateurs dédiés à la production, deux sont des métallurgistes qui disposent de connaissances des machines-outils à commande numérique. « Certes, ils proviennent d'un secteur différent, mais ils ont la façon de penser dont nous avons besoin pour la fabrication d'éléments automatisée. » En outre, la préparation du travail a nécessité un effort supplémentaire. « Pour terminer, nous sommes les premiers en Estonie à avoir intégré le logiciel de référence hsbcad dans la planification d'éléments à ossature bois. Dans ce domaine, nous sommes partis de presque zéro. »

Des résultats positifs après 3 à 5 ans

En conséquence, Lauri Tuulberg a été surpris de la vitesse à laquelle son entreprise a pu utiliser les nouvelles machines. « Après environ 2 semaines, l'équipe était déjà prête à commencer la production ». A cet effet, la formation dispensée par Weinmann a naturellement aidé, même si celle-ci a dû être réalisée en plusieurs étapes en raison d'une charge de travail trop faible. C'est aussi une sélection judicieuse du personnel : « Nous avons avant tout mis en place une équipe composée de jeunes, pour qui l'utilisation d'ordinateurs et de tablettes fait partie du quotidien », déclare Lauri Tuulberg. « Par ailleurs, ils étaient si motivés qu'ils ont très rapidement réfléchi par eux-mêmes aux façons d'optimiser les étapes de fabrication et d'utiliser les technologies plus efficacement. » Ainsi s'est déroulée une année d'apprentissage, qui a apporté beaucoup de nouvelles connaissances à la direction de Welement AS. Une année d'expansion doit suivre avant que l'usine de Tartu ne soit rentable un ou deux ans plus tard. La maison mère se charge de pérenniser ce début difficile.  

Etats-Unis : partis de rien

Même si la part de marché de la construction bois aux Etats-Unis est proche de 100 % dans de nombreux domaines, l'entreprise Blueprint Robotics Inc. entrait en terrain inconnu. L'entreprise a été la première du marché américain à utiliser une technologie de production moderne et automatisée à haut niveau de préfabrication pour les éléments fermés. Cette technologie est en grande partie la norme sur le marché germanophone de la construction bois. Aux Etats-Unis, les maisons individuelles et collectives en bois sont fabriquées à la main dans la tradition de « l'ossature à plate-forme » avec un faible niveau de préfabrication, même lorsque la production est transférée à l'usine. Et ce, en dépit du manque chronique de personnel, des salaires élevés et une augmentation continue de la demande depuis la crise.

Un haut niveau de préfabrication comme solution

Créée en 2015, Blueprint Robotics Inc. reposait à ses débuts sur 3 fondateurs, un investisseur, un ordinateur et une idée. L'objectif était de proposer aux maîtres d'ouvrage basés aux Etats-Unis des éléments d'ossature bois à haut niveau de préfabrication, produits selon les méthodes européennes. Sascha Bopp, co-fondateur, explique : « Nos études de marché ont révélé que, de cette façon, nous résolvions plusieurs problèmes auxquels sont confrontés les maîtres d'ouvrage, comme le manque de personnel dans le secteur de la construction, les temps de construction élevés ou les coûts croissants ». Cependant, la plupart des maîtres d'ouvrages aux Etats-Unis ne sont pas des consommateurs finaux privés mais des constructeurs professionnels qui conçoivent des biens immobiliers selon les lois du marché, les construisent, puis les vendent aux clients finaux. Pour cette clientèle, la jeune entreprise a développé un concept sur mesure avec un haut niveau de préfabrication, une garantie de la date de réalisation et un prix fixe. En outre, la préfabrication précise réalisée par des machines garantit une norme de qualité élevée et constante. « Nos éléments sont ainsi plus avantageux pour le constructeur, car il prend nettement moins de risques. »

Une fabrication moderne avec une technologie allemande

L'étape suivante pour Blueprint Robotics Inc. a été la construction d'un site de fabrication de 20 000 m² à Baltimore. L'entreprise a équipé ce site de lignes de production Weinmann. « D'une part, le constructeur de machines de Lonsingen répond entièrement à nos besoins grâce à son large éventail de machines d'usinage », explique Sascha Bopp. « D'autre part, l'entreprise garantit le montage de ses machines avec ses équipes présentes dans le monde entier, y compris aux Etats-Unis. Par ailleurs, sa réputation est très bonne : nous avons parlé avec plusieurs entreprises en Allemagne, et toutes nous ont recommandé Weinmann comme fabricant haut de gamme. » Nous avons mené les négociations avec Hansbert Ott, le directeur de Weinmann, qui s'est révélé être un interlocuteur intègre et digne de confiance. Ce qui est très important au vu de la distance qui nous sépare et de l'argent investi. » L'équipement du site de fabrication montre qu'il s'agit d'une somme respectable : il comprend trois lignes de productions automatisées, la plus large étant la ligne de fabrication de cloisons avec une station des membrures, 8 stations supplémentaires et trois ponts multifonctions WMS 150. A cela s'ajoutent une ligne d'éléments de plafond et une ligne d'éléments de toiture avec plusieurs tables de travail et deux ponts multifonctions WMS 150.

Insufflation automatisée de la cellulose

L'un des ponts multifonctions constitue une particularité du site de Baltimore : il s'agit du premier pont WMS 150 blowTEC Weinmann au monde avec plaque soufflante intégrée. Il permet à l'entreprise d'insuffler de l'isolant non collant dans les ossatures bois de façon automatisée et efficace, permettant également le contrôle visuel final de l'élément ouvert. Seule la cellulose est utilisée comme isolant. Sascha Bopp poursuit : « Nous ne savions pas comment les Américains accueilleraient cet isolant, mais jusqu'ici, chaque client qui a vu le processus d'insufflation a souhaité l'utiliser. » La cellulose a l'avantage d'offrir une isolation améliorée et de meilleures valeurs d'isolation par rapport aux cloisons traditionnelles fabriquées aux Etats-Unis. L'impression de qualité supérieure est garantie par les raccords en bois fraisés conformes aux cotes et par les détails réalisés de façon précise. Cette différence est également remarquée par les clients : « Lorsqu'ils nous rendent visite et qu'ils voient nos méthodes de production, ils admettent souvent que ce que nous faisons est impossible à réaliser à la main. » En outre, il est essentiel pour les clients que leurs maisons soient « entièrement personnalisées » et montées sur le chantier en tant que prestation complète sur mesure. En conséquence, le site de production de Baltimore doit être flexible. Il ne faut néanmoins pas confondre « complet » et « clé en main ». Blueprint Robotics fournit principalement du gros œuvre résistant à l'eau. Le constructeur s'occupe des façades et les éléments d'aménagement intérieurs.

Le budget marketing remis à zéro

Occupé depuis mai 2016, le site de Baltimore est entré en service en novembre de la même année. Dans l'ensemble, la mise en service s'est déroulée sans accroc. « Cela n'était pas aussi simple que nous le pensions initialement », confie Sascha Bopp. « Avant de commencer la production, nous avons dû beaucoup apprendre, mais l'installation fonctionne si bien que nous n'avons rencontré aucun problème. » Et la demande ne s'est pas fait attendre. Elle a très vite dépassé la capacité de production initiale de la nouvelle entreprise. « Nous n'avons pas à trouver les clients, ce sont eux qui nous trouvent », résume Sascha Bopp pour expliquer que le budget marketing a été réduit à zéro quelques mois après. Ainsi, près d'un an après sa création, Blueprint Robotics affiche déjà un carnet de commandes plein, même si l'entreprise se concentre avant tout sur les maisons individuelles et les bâtiments en rangée. Plus tard, le site de Baltimore se lancera dans la construction de maisons à étages lorsque les capacités de production le permettront.

Le problème principal : le manque de personnel qualifié

Il s'agit là d'une cause d'un possible « problème de croissance » pour la jeune entreprise. Elle tourne principalement autour de la question : « Apprenons-nous suffisamment vite pour exploiter notre potentiel ?» Actuellement, l'entreprise fait face à des goulots d'étranglement à tous les niveaux, qui s'avèrent difficiles à résoudre, car ils sont dus au manque de personnel qualifié. Le problème commence dès la préparation du travail : « Aux Etats-Unis, il n'y a pas deux préparations de travail identiques, et il est difficile pour nous de trouver des employés avec des connaissances en CAO appliquées à la construction bois ». Pour l'instant, l'entreprise dépend de l'Université de Rosenheim à Kolbermoor en Bavière, où de futurs ingénieurs en construction bois ou déjà expérimentés appuient la préparation du travail pour des projets aux Etats-Unis. La solution à la production et au montage, où travaillent environ 70 des 110 employés actuels de Blueprint Robotics, se met en place petit à petit. « Nous faisons face au problème d'avoir démarré avec presque rien. Pour nos collaborateurs et pour l'entreprise, cela implique un long processus d'apprentissage. L'objectif doit être le développement de l'efficacité opérationnelle et la pleine exploitation de nos capacités de production. » Pour la suite, Sascha Bopp pense que ce n'est qu'une question de temps avant que Blueprint Robotics Inc. ne construise une nouvelle usine et multiplie ses capacités. A cet effet, le marché américain offre un véritable potentiel et aucun concurrent comparable n'est en vue pour l'instant.

Retour au sommaire

Vous avez des questions ?

Formulaire de contact
ProductFinder